Home Francese Ukraine pour Putin, uniquement des mauvaises options
Ukraine pour Putin, uniquement des mauvaises options

Ukraine pour Putin, uniquement des mauvaises options

122
0

Aujourd’hui, 22 juillet 2014, le président de la fédération russe Vladimir Putin, se retrouve à prendre des décisions extrêmement difficiles pour ce qui regarde la politique extérieure. les choix qu’il fera auront des reflets sur le plan international certes, mais aussi sur l’échiquier interne.
À son retour du Brésil (un succès stratégique), le président à du faire front avant même de mettre pied à terre à Moscou, aux nouvelles sanctions américaines, et, quelques heures après, à la destruction de la part des filo russes de Donbas d’un avion passager avec 300 personnes à bord.
Putin aujourd’hui est au plus haut de sa popularité en Russie mais paradoxalement il traverse un des moments plus complexe de sa vie politique et personnelle.
Les sanctions américaines ont mis en alarme les oligarchies russes, qui ont peur de perdre une partie de leurs capitaux investis en occident.
Ces mêmes sanctions minent l’économie énergétique russe et éventuelles ultérieures limitations commerciales imposées par les États Unis, pourraient regarder le cœur même de la puissance économique actuelle de la Russie, c’est à dire le secteur de l’export énergétique.
Pour éviter les effets de telles sanctions le président russe devrait abandonner a leur destin le indépendantistes russes de Donbas.
Ce choix pourrait néanmoins être insuffisant pour arrêter les sanctions occidentales, du moment où mêmes ayant résolu le problème de l’Ukraine orientale, Kiev e Washington pourraient maintenir la pression économique sur la Russie en utilisant la motivation de l’occupation russe en Crimée. Abandonner les filo-russes de Donbas pourrait faire naître une fronde nationaliste qui causeraient des problème au président au sein même du pays, on pourrait assister à la naissance d’un nouveau leader déterminé à souligner devant la nation le comportement de Putin aux égards de russophone de Donbas, et utiliser cet argument pour limer son pouvoir.
En outre un tel choix porterait á la perte totale de l’influence russe en Ukraine et produirait inévitablement la réaction de Biélorussie et Kazakhstan.
Ceci est particulièrement vrai pour ce qui regarde la Biélorussie, qui a déjà expérimenté le printemps dernier des mouvements insurrectionnel, à vrai dire limités mais sans précédents dans l’histoire récente de la présidence lukashenko.

Au contraire, si le président russe décide de maintenir et rendre encore plus fort son support au filo russes, on a la certitude que des nouvelles sanctions pleuvraient sur la Russie, le mécontentement des oligarques s’accroîtrait ainsi que les difficultés de bilan de la fédération russe pour les prochain deux/trois ans.

Putin a donc à sa disposition uniquement des mauvaises options, néanmoins il devra faire un choix.
Il devra faire son choix en pensant à l’histoire, à l’histoire de la guerre froide quand Nikita Khrushchev, héros de Stalingrad fut substitué en quelques semaines durant l’été par Brezhnev, à cause entre autres, de la gestion et de la faillite russe durant la crise des missiles à Cuba.
Putin devrait penser aussi à l’histoire récente de Boris Yeltsin auquel il a enlevé le pouvoir avec des motivations plutôt compliquées; motivations qui comprennent entre autres, l’ avoir mis l’intérêt étranger avant celui de sa nation et la faillite en Kosovo avec l’abandon de l’allié serbe de la part de la Russie…Serbie et Balkans qui sont fréquemment cités par Putin comme la limite de l’influence de Moscou en Europe.
En connaissant le modus operandi du président Putin d’une chose on peut être raisonnablement sûrs : Putin prendra, dans les heures qui suivront, suite à une évaluation des scénarios stratégiques par ses analystes et avec l’aide des responsables des forces armées et des conseillers à lui plus proches, une décision et il la poursuivra jusqu’au fond.
Ceci ne signifie pas forcément que nous assisterons à des actions éclatantes mais la Russie de Putin décide aujourd’hui son chemin, qui portera inévitablement à un changement des équilibres géopolitiques de la région.
Le compromis sur l’Ukraine sur sa collocation géopolitique économique et militaire n’est plus en considération probablement on assistera à la victoire de la Russie ou des États Unis , dans les deux cas , l’Europe , notre Europe payera un prix extrêmement élevé.

Addendum
On a pu voir ce matin un reportage du Kremlin , durant lequel Putin parle de la tragédie des cieux de Donbas , le président est apparu fatigué, peut être aussi à cause du fuseau horaire du à sa visite au Brésil et Amérique centrale. Qui d’entre nous s’occupe d’analyser le langage du corps des protagonistes de la géopolitique a voulu mettre en évidence son extrême nervosité ou colère? La colère peut être de qui a décidé de combattre….

122